Pour comprendre le monde et s'épanouir
Bendele Ekweya Te

RDC : Le président Tshisekedi lance la formation de 2500 nouveaux magistrats civils et militaires

Le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi a lancé, ce samedi 15 juillet 2023, la formation du premier pallier de 2500 magistrats de la promotion ” État de droit”, récemment nommés par ordonnance présidentielle.

Dans son discours, le Chef de l’État a lancé un appel pour la renaissance de la Justice congolaise.Il émis le vœu de voir la justice congolaise devenir plus rassurante, une justice de qualité et protectrice des droits fondamentaux.

” J’ai exprimé plus d’une fois depuis mon accession à la magistrature suprême, ma volonté de consolider une justice de qualité pour tous, indépendante, performante, protectrice des droits humains et essentiellement rassurante. L’absence de la justice est une banalisation du mal. Mais un système judiciaire efficace est un moyen de dissuasion et de paix”, a déclaré le président Félix Tshisekedi.

Après avoir brossé un tableau sombre de la justice congolaise, telle qu’elle fonctionne actuellement, le président Félix Tshisekedi a insisté sur l’amélioration des conditions sociales et professionnelles des magistrats.

” Je tiens absolument à la restauration de la discipline, de l’éthique et de l’intégrité au sein de la magistrature et plus particulièrement à redorer l’image de la justice de mon pays, longtemps ternie. Je suis préoccupé par la bonne marche et l’efficacité de notre appareil judiciaire. Or, pour être efficace, notre appareil a besoin, à tous les niveaux, d’animateurs dignes, intègres, bien formés et en nombre suffisant, qui doivent être placés dans des conditions de vie décentes et des conditions de travail adéquates “, a-t-il martelé.

Et de poursuivre : ” Conscient que la justice ne peut prospérer sans ouvriers, les magistrats, j’engage le gouvernement de la République à travailler avec le Conseil Supérieur de la Magistrature, votre organe de gestion, afin de doter le pouvoir judiciaire des moyens adéquats pour le fonctionnement des chambres de discipline des juridictions et offices, et aussi pour l’amélioration du traitement des magistrats, les frais de mutation, les primes de brousse et surtout la prise en charge médicale et funéraire “.

Prenant la parole à cette occasion, le président du Conseil supérieur de la magistrature, Dieudonné Kamuleta, a mis en garde ces nouveaux magistrats. Il a indiqué que la discipline comme la déontologie ne se négocient pas.

Le patron de tous les magistrats a par ailleurs rappelé que toutes les chambres de discipline fonctionnent au sein de son institution. A l’en croire, actuellement, plus de 40 dossiers sont en instruction au niveau de la chambre nationale de discipline.

Molimo

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin