Pour comprendre le monde et s'épanouir
Bendele Ekweya Te

RDC : L’allocation du secteur de la santé dans le budget 2024 va atteindre 15 % ou plus ( député Mondole)

L’allocation du secteur de la santé dans le budget 2024 va atteindre 15 % ou plus. C’est le député Mondole, président de la Commission socio culturelle de l’Assemblée nationale, qui l’a dit au cours d’une réunion organisée par le Réseau des plaideurs du Fonds mondial ( GFAN-Africa) , ce vendredi 27 octobre 2023, à Kinshasa.

Il était question d’une réunion de restitution du lancement de la task Force parlementaire pour la mobilisation des ressources domestiques allouées à la santé en   RDC, principalement pour la lutte contre le VIH, le paludisme et la tuberculose.

Dans son mot au cours de cette séance, le député national Mondole, président de la Commission socio culturelle de l’Assemblée nationale  a rassuré que des dispositions sont prises au sein de sa Commission et de la task Force pour veiller à ce que la part du secteur de la santé dans la Loi  des finances 2024 arrive à 15%, voire plus, et que cette allocation doit exécutée à 100 %.

“Il y a une évolution progressive en matière de dépenses de santé dans le budget. Dans l’exercice budgétaire passé, nous étions déjà au-delà de 11,9%. Figurez-vous qu’ en 2006, nous étions en dessous de 5%. Au niveau des assignations budgetaires, nous allons atteindre les 15%, peut-être les dépasser, dans le budget 2024. Surtout que nous avons inclus les dépenses liées à la  couverture santé universelle.  Cette fois-ci la RDC va être en règle vis-à-vis de son engagement ratifié lors du sommet d’adudja sur la question du budget de la santé”, a-t-il déclaré.

Et de poursuivre : “Il y a beaucoup de nos compatriotes qui meurent dans les familles, nos maisons pour manque d’accès aux soins de santé. Il ya des dispositions qui sont déjà prises pour éviter que la couverture santé universelle ne soit pas un leurre mais plutôt une réalité au profit du peuple congolais. Nous devons sortir de cette situation où l’accès aux soins de santé est un calvaire”.

Team leader de GFAN RDC et coordonnatrice national de RACOJ, docteur Rachel Ndaya s’est félicité des progrès réalisés par la RDC dans l’accroissement des ressources domestiques liées au secteur de la santé. Elle insiste  cependant sur la nécessité de poursuivre le plaidoyer et de rester regardant jusqu’à l’effectivité de l’allocation de 15 % conformément aux engagements pris par l’Etat.

” En 2019 on discutait de 7 %. Aujourd’hui, dans le budget 2023, nous étions à 11,9 % du budget alloué à la santé. Il y a donc de l’évolution. C’est ici le lieu de saluer la disponibilité des députés qui nous accompagnent. S’ils n’étaient pas disponibles à nous écouter, on ne pouvait pas arriver là. Le plaidoyer avance et apporte des bons fruits.  Nous sommes sûrs et certains que la RDC va augmenter son budget du secteur de la santé à 15 %”, a-t-elle indiqué.

Présent à cette rencontre, le directeur du programme national des comptes nationaux de la santé a présenté le panorama des budgets alloués à ce secteur en RDC ces dernières années. Il a plaidé pour que les engagements pris soient respectés.

“De 2003 à ce jour, lorsqu’on regarde ce que l’Etat alloue à l’administration santé et à la fonction santé, on est pas jusque-là arrivé à 12%. Le pourcentage le plus  élevé est 11,9% du budget 2023. A ce jour, nous je sommes pas encore arrivé à l’engagement que l’État a pris dans la Déclaration d’Abudja. Les ménages continuent toujours à prendre en charge les dépenses du secteur de la santé à près de 50%. Nous plaidons pour que ces engagements ne soient pas simplement des engagements”, a-t-il plaidé.

Feza Kalubi

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin