Pour comprendre le monde et s'épanouir
Bendele Ekweya Te

RDC : ” Avoir des réservistes intellectuels est un pas important vers la construction d’une armée forte et dissuasive”
( Roland Kayembe, Chercheur en Relations internationales)

Au cours d’une conférence débat tenue le lundi 04 décembre 2023 à Goma, le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU) de la RDC, Muhindo Nzangi, a annoncé la formation de 5 millions de réservistes étudiants d’ici 5 ans.

À ce jour, six cents ( 600 ) étudiants sont en formation paramilitaire à l’ISEA /Bengamisa, dans la province de Tshopo, depuis novembre 2023.

Interrogé à ce sujet, l’internationnaliste et Secrétaire du Département des Relations internationales, Chargé de la recherche de l’Université de Kinshasa, Roland Kayembe, estime qu’avoir des réservistes intellectuels va jouer un rôle important dans le renforcement de l’appareil sécuritaire de la RDC. Il souligne que cela constitue un pas important dans les efforts de construction d’une armée forte et dissuasive.

“Je pense que la vraie solution à l’insécurité qui bat son plein à l’Est de la RDC est d’avoir une armée forte et dissuasive. Ce n’est pas facile. Ça ne se fait pas du matin au lendemain. Il faut des moyens. Et je suis très content de voir qu’aujourd’hui, on recrute des réservistes parmi les étudiants. C’est un bon projet et lorsque vous avez des réservistes qui sont des intellectuels, à chaque fois que le pays fait face à une agression, ces réservistes là seront utilisés à bon escient”, a-t-il déclaré.

Un autre élément qui donne la certitude à ce chef des travaux que la RDC est engagée sur la bonne direction dans la perspective de construction d’une armée forte est le vote au niveau du Parlement de la Loi sur la programmation militaire et sa promulgation par par le chef de l’Etat.

A cela s’ajoute, soutient-il, la levée de l’embargo qui pesait sur la RDC en matière d’acquisition d’armes de guerre. Cet intellectuel pense que tous les éléments réunis donnent à la RDC un bon élan pour pouvoir assurer elle même la sécurité de ses frontières, sans qu’une force régionale quelconque ne puisse intervenir.

” Je suis aussi content de voir qu’au niveau du Parlement, il y a eu un bon texte qui a été voté pour renforcer notre appareil sécuritaire, surtout nos forces armées. Je suis aussi content de voir que sur le plan international, l’embargo qui nous a été infligé sur l’achat des armes a été levé. Je pense que tous ces éléments mis ensemble, avec le temps, nous permettront d’avoir une armée forte et dissuasive. Ça peut prendre le temps que ça peut prendre. Mais, un jour viendra où il n’y aura plus des soubresauts de l’insecurité dans notre partie Est”, a-t-il soutenu.

Avant de clore son propos, l’internationnaliste Roland Kayembe a affirmé que la décision prise par les autorités congolaises de ne pas renouveler le mandat de la force régionale de l’EAC est tout à fait légitime. Car, martèle-il, ces troupes qui coûtaient cher à l’Etat congolais n’ont pas donné des résultats sur terrain.

“Les troupes de l’EAC ont reçu un mandat. Et dans leur mandat, ils devaient occuper les territoires laissés par le M23. C’est ce qu’ils devraient faire. Mais ils ne l’ont pas fait. Une année après, ils n’ont rien fait. N’oubliez pas que chaque opération militaire coûte énormément. Ils ne sont pas venus pour l’amour du Congo. Ils ont été payés. Ces troupes n’ont pas fait leur travail tel que stipulé dans le mandat qui leur avait été donné “, a-t-il conclu.

Shukrani Mbili

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin