Pour comprendre le monde et s'épanouir

RDC – Retrait force EAC : “Lorsque la population a jugé inefficace la présence de ces troupes, quoi de plus normal qu’elles puissent quitter” ( Internationaliste Roland Kayembe)

La force régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) a déclenché son processus de retrait du sol congolais ce, après le refus par des autorités congolaises de renouveler son mandat jugé inefficace sur terrain.

Dimanche 3 décembre 2023, quelques 300 éléments du contingent Kenyan ont quitté la région depuis l’aéroport de Goma, chef lieu de la provinciale du Nord-Kivu, à destination de Nairobi.

Notre rédaction a accordé une interview à Roland Kayembe, Chef des Travaux, chercheur en Relations internationales et Secrétaire du département des Relations Internationales de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), chargé de la recherche, le mercredi 8 décembre 2023, pour en élucider les contours.

Une décision légitime

Pour ce scientifique, la décision de la RDC est tout à fait légitime. Les troupes de l’EAC déployées sur le sol congolais depuis novembre 2022 n’ont pas réussi leur mandat qui était celui de reconquérir les terrains laissés par le mouvement terroriste du M23.

«Lorsque le pays hôte a jugé inefficace l’action sur terrain de ces contingents, ils doivent partir. Ces contingents avaient reçu mandat et une année après on se rend compte que ces troupes n’arrivent toujours pas à remplir leur mission. Les troupes négatives contre lesquelles elles sont venues combattre, notamment le M23, essayent de gagner du terrain. Ces troupes négatives du M23 devraient se désengager et que les contingents de l’EAC devraient occuper les espaces libérés. Ce qui n’a pas été fait, malheureusement. Lorsque la population a jugé inefficace la présence de ces troupes, quoi de plus normal que ces troupes puissent quitter la RDC.», a-t-il déclaré.

Parlant des répercussions de ce retrait, ce chercheur en Relations internationales estime qu’elles sont de deux ordres, à savoir la progression des FARDC vers les espaces laissés et le risque de leur reconquête par le M23.

Les répercussions ne manqueront pas

” Les répercussions de ce retrait peuvent être de deux ordres. soit, les FARDC arrivent à reconquérir les territoires occupés par le M23 ou laissés par les contingents de la régionale de l’EAC ; soit ce sont les troupes du M23 qui vont réussir à reconquérir cela”, a-t-il souligné.

Entre temps, la RDC s’apprête à accueillir la force de la Communauté d’Afrique Australe ( SADC). En réaction, nombreux sont des congolais qui contestent cela. Ils à crient à certain tâtonnement de la part du gouvernement congolais.

Le relationniste Roland Kayembe a bouclé cette interview en affirmant que la solution efficace que la RDC doit adopter pour mettre fin de manière définitive à l’insécurité qui sévit dans sa partie Est est de mettre en place une armée forte et dissuasive.

La vraie solution, c’est d’avoir une armée forte

À l’actif du régime Tshisekedi, le chercheur en Relations Internationales salue notamment les efforts concrets déployés pour bâtir une armée efficace et dissuasive.

Il a saisi cette occasion pour saluer dans la veine le recrutement des réservistes des FARDC parmi les étudiants et le vote au niveau du Parlement de la Loi sur la programmation militaire.

Shukrani MBILI

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin