Pour comprendre le monde et s'épanouir

CENI : Le salaire de 15 membres du bureau varie entre 10.000 $ et 15.000 $ le mois, contrairement à 1.452 $ prévus dans la Loi des Finances

Contrairement aux prévisions de la loi des Finances, le salaire de 15 membres du bureu de la Commission Électorale Nationale indépendante ( CENI) varie entre 10.000 $ et 15.000 $. C’est la révèlation faite par une étude publiée par le Centre de Recherche en Finances Publiques et Développement Local ( CREFDL), dans une étude rendue publique ce lundi 15 janvier 2024.

“Des entretiens effectués avec les experts du Ministère du Budget renseignent que le salaire des 15 membres du bureau de la CENI varie entre 10.000 USD à 15.000 USD. Officiellement, ces crédits n’apparaissent pas dans la Loi de finances de l’année et viole le barème salarial approuvé par le Ministère du Budget. Quant au personnel opérationnel, son budget de rémunération émarge des fonds affectés aux opérations électorales. En 2022 par exemple, la CENI a obtenu du Gouvernement les primes et avantages du personnel de l’ordre de 22. 834 502 $ pour les motiver”, a déclaré Valéry Madianga, directeur général de CREFDL.

Cette étude souligne que selon la Loi des finances, le salaire du personnel politique de la CENI est de 1.452 $. Elle note des irrégularités énormes notamment sur les dépenses de fonctionnement de la CENI. Elle indique que d’après les statistiques du ministère du Budget, les effectifs du personnel du régime général de la CENI se situent à 3.123 agents avec un salaire moyen de 315,81 USD par
mois tandis que celui du personnel politique se situe à 63 agents avec un salaire moyen
de 1.452 USD.

CREFDL révèle par ailleurs que dans la pratique de la CENI, les effectifs du personnel permanent sont passés de
1.36916 en 2020 sous la présidence de Corneille Naanga à 3.240 en 2022 sous la présidence de Denis Kadima, dégageant un surplus de 1871 agents, soit une hausse de
57,7%.

“Après vérification des rapports de la CENI et des budgets de l’Etat, il se dégage que les effectifs non reconnus par le trésor public sont évalués à 117 agents, mais rémunérés par la CENI en dehors du cadre légal”, souligne l’étude.

Ci-dessous le rapport.

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin