Pour comprendre le monde et s'épanouir
Bendele Ekweya Te

Contestations des résultats des législatives : “Bon nombre de plaintes sont sans fondement parce que basées sur une compréhension erronée du seuil électoral et du quotient électoral ( Denis Kadima)

Avant de publier les résultats de l’élection législative provinciale, ce dimanche 21 janvier 2024, le Président de la CÉNI a ténu à placer un mot sur les contestations des résultats des élections législatives nationales observées dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Il a encouragé les candidats mécontents à recourir à la Cour constitutionnelle, conformément aux lois de la République. Pour Denis Kadima, le vrai problème réside dans la mauvaise compréhension des notions du seuil légal de représentativité et du quotient électoral.

Bon nombre de plaintes sont purement et simpement sans fondement parce que basées sur une compréhension erronée des dispositions légales telles que le seuil électoral ou encore le quotient électoral. À ceux qui contestent les résultats publiés par la CENI, je vous encourage à recourir à la Cour Constitutionnelle conformément aux dispositions de la loi électorale.
Les Cours et Tribunaux sont là pour corriger de tels cas. Les récriminations, voire les accusations sur les réseaux sociaux ou les canaux non indiqués sont tout à fait contre-productives“, a-t-il déclaré.

Parlant de l’élection provinciale dont les résultats provisoires viennent d’être publiés, Denis Kadima a affirmé que, dans les circonscriptions uninominales, c’est le système majoritaire qui s’applique.

Ce qui revient à dire que c’est le candidat qui a le plus de voix qui est proclamé élu. Tandis que, explique-t-il, dans les circonscriptions à plus d’un siege à pourvoir, c’est le système proportionnel, doublé du seuil légal de représentativité, qui a été appliqué.

C’est la raison pour laquelle un candidat qui a obtenu 7.000 voix peut être battu par celui qui n’en a reçu  que 3.000. Avec le seuil légal de représentativité, il peut arriver qu’un seul parti puisse atteindre le seuil dans une circonscription électorale donnée. Dans ce cas, c’est ce parti qui raffle tous les sieges de ladite circonscription.
Dans un autre cas, les sieges de la circonscription peuvent ne pas être épuisées par le parti qui a atteint le seuil. Dans pareille situation, les sieges restants sont attribués aux autres partis n’ayant pas atteint le seuil mais ayant présenté des candidats dans cette circonscription“, a-t-il précisé.

L’occasion faisant le larron, le président de la CÉNI a souligné que  son institution s’est efforcée de réaliser un bon travail,en dépit des erreurs et imperfections qui sont inhérentes à toute oeuvre humaine.

La CENI s’est efforcée de réaliser un bon travail. Mais des erreurs ne sont pas à totalement à exclure. Toute œuvre humaine est perfectible et nous ne prétendons pas à l’absolu”, a-t-il conclu.

Soulignons que selon les résultats provisoires de l’election provinciale publiés par la CENI ce dimanche 21 janvier, 688 candidats sont élus députés provinciaux sur près de 40.000 candidatures reçues.

Molimo

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin