Pour comprendre le monde et s'épanouir
Bendele Ekweya Te

RDC : La société PRIMERA GOLD a exporté en 2023 plus de 5 tonnes d’Or de production artisanale

De janvier à décembre 2023, la société Primera Gold DRC SA, néee de l’accord de jointe-venture entre la RDC et les Emirats Arabes Unies, a exporté 5.000 kgs d’Or de production artisanale, soit plus de 5 tonnes. C’est ce que renseigne un communiqué de la Ligue Congolaise de Lutte Contre la Corruption ( LICOCO), parvenu à notre rédaction.

Selon cette organisation de la société, cette production est l’équivalent de près de 200 ans qu’il fallait à la RDC pour y parvenir, car toute la moyenne d’exportation annuelle était d’environ 25 Kg seulement, pendant que des dizaines de tonnes d’or étaient toujours exportées à partir des Etats voisins, dont le Rwanda, pays qui s’illustre par de multiples actes d’agression contre la RDC.

La LICOCO a saisi cette occasion pour féliciter la société Primera Gold pour la publication de la liste de tous ses fournisseurs et sites miniers qui constituent la chaîne d’approvisionnement de l’or issu de l’exploitation artisanale.

Pour cette organisation de la société civile, ces statistiques d’exportations réalisées constituent la preuve qu’une année après, cette entreprise a fait preuve des capacités avérées de captage et de canalisation de l’Or exporté dans le circuit officiel.

Elles sont également une preuve indéniable de la disponibilité de l’or en quantité suffisante dans la Province du Sud-Kivu en particulier et dans toute la partie Est du pays en général.

Il est surprenant, soutient le communiqué, de constater, fort malheureusement, que dans son Rapport à mi-parcours du 15 Décembre 2023, le Groupe d’Experts des Nations Unies sur la RDC se soit plutôt illustré dans une sorte de dérobade, en décidant de ne faire aucunement mention des efforts et résultats ainsi atteints, alors que, à sa demande exprimée dans sa lettre référence S/AC.43/2023/GE/OC.53 du 23 Octobre 2023, tous ces éléments lui avaient été communiqués exhaustivement.

“L’opinion sait en déduire pour quels agendas certains rapports sont rédigés et publiés à partir des salons huppés des Etats occidentaux qui soutiennent, depuis des décennies, des pays comme le Rwanda principalement, pour alimenter l’instabilité et les conflits armés en RDC”, souligne-t-il.

Dans les recommandations, la LICOCO demande au gouvernement congolais de :

  1. Dupliquer la solution Primera Gold dans les provinces du Nord-Kivu, du Maniema, du Tanganyika, de l’Ituri, et du Haut-Uélé, pour lutter contre la fraude minière qui enrichit illégalement les pays voisins, dont le Rwanda et l’Ouganda ;
  2. D’élargir la même approche aux filières stannifères et cupro-cobaltifères d’exploitation artisanale pour capter et tracer dans le circuit officiel toutes les productions qui échappent au bénéfice de circuits mafieux et de contrebande ;
  3. De vider le contentieux existant entre la société SAKIMA et les sociétés privées travaillant dans le secteur stannifère pour lutter contre la fraude qui enrichit les pays voisins, dont le Rwanda et l’Ouganda ;
  4. Et de suspendre les activités dans tous les sites miniers appartenant aux personnalités politiquement exposées qui favorisent l’insécurité dans l’Est de la RDC, à l’exemple de ceux exploités par la famille de CORNEILLE NANGAA en Ituri et dans le Haut-Uélé, aujourd’hui en rébellion pour le compte du Rwanda sous la couverture des terroristes du M23. 

A Primera gold, la LICOCO préconise ce qui suit :

  1. D’élargir sa diligence raisonnable, son système de traçabilité aux structures de l’Etat pour rapporter les sites miniers contrôlés par des groupes armés et/ou des personnalités politiquement exposées qui soutiennent l’insécurité et l’instabilité dans l’Est de la RDC en complicité avec les puissances ennemies et les pays voisins agresseurs ;
  2. Et de publier également les taxes, les impôts et les redevances payés aux structures de l’Etat à tous les niveaux pour permettre aux communautés locales d’exiger ce qui doit leur revenir et à la société civile de faire un suivi conséquent.

PRIMERA GOLD DRC SA est une entreprise du portefeuille de l’Etat, née de l’accord de Joint-Venture conclu le 10 décembre 2022 entre la République Démocratique du Congo et les Emirats Arabes Unis à travers le Holding Primera Group Limited, dans la perspective de lutter contre la fraude et la contrebande minières dans la filière de l’or artisanal, dont le défi principal est d’en canaliser la production dans le circuit officiel.

Stanislas NTANTU

Ci-dessous le communiqué

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin