Pour comprendre le monde et s'épanouir

Contentieux des législatives : La Cour Constitutionnelle ne connaît ni de loin ni de près les personnes qui récoltent de l’argent en son nom auprès des requérants ( Cellcom)

La Cour Constitutionnelle dénonce l’existence d’un réseau mafieux qui récolte de l’argent en son nom auprès des requérants qui l’ont saisi en matière de contentieux des résultats provisoires de l’élection des députés nationaux, tels que publiés par la Commission Électorale Nationale Indépendante ( CENI).

Dans un communiqué publié ce vendredi 16 février 2024, le cabinet du président de la Cour dit ne connaître ni de loin, ni de près, les personnes qui rançonnent les requérants en échange des faux espoirs.

Tout en annonçant l’ouverture des enquêtes, la Cour constitutionnelle rassure de faire son travail en toute impartialité et legalité, tout en soulignant qu’aucun centime ne sera exigé aux requérants en échange d’une quelconque promesse.

Soulignons que cette dénonciation du cabinet du président de la Cour constitutionnelle, Dieudonné Kamuleta, intervient après l’arrestation, le 3 février dernier, par le Tribunal de grande instance de Bukavu, au Sud Kivu, de deux personnes accusées d’scroquer des candidats députés nationaux non proclamés par la CENI au nom de la Cour.

Des sources judiciaires rapportent qu’elles se présentaient comme des collaborateurs des conseillers à la Cour et affirmaient être mandatés par ces derniers pour recolter discrètement de l’argent auprès de ceux qui voudraient bien voir leur situation s’améliorer.

C’est depuis le lundi 5 février 2024 que la Cour Constitutionnelle a lancé l’examen des contentieux des résultats provisoires de l’élection des députés nationaux. Près de 2000 requêtes sont à examiner.

La Cour a commencé par l’examen des requêtes introduites par des candidats dont les voix ont été annulées par la CÉNI pour fraude électorale, détention illégale des matériels de vote et corruption. La Cour a déclaré ces recours recevables mais non fondés.

La Cour a ensuite traité les requêtes des partis et regroupements qui n’ont pas atteint le seuil. C’est le vendredi 9 février que la Haute Cour est entrée dans le plein contentieux.

Elle a commencé par l’examen requêtes portant sur les circonscriptions électorales de Kinshasa, plus précisément de la Lukunga, avant d’attaquer les autres coins du pays. Les arrêts proclamant les résultats définitifs des élections législatives du 20 décembre 2023 en RDC sont attendus avant le 23 mars 2024.

Molimo

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin