Pour comprendre le monde et s'épanouir

RDC : L’ASADHO accuse Vodacom Congo de détourner un projet sur la couverture des zones rurales lui présenté par un citoyen congolais

L’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme (ASADHO) accuse la société Vodacom Congo de détourner un projet lui présenté par un citoyen congolais du nom de Gilbert Nkuli. C’est Me Jean Claude Katende qui l’a dit au cours d’une conférence de presse tenue ce mercredi 13 mars 2024 à Kinshasa.

Selon ce dernier, la société Vodacom Congo a, par cet acte, violé l’article 27 de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui dispose que “chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est auteur”.

L’ASADHO rapporte que ce projet avait été conçu par Gilbert Nkuli en 2012 et consistait en la couverture des zones rurales de la RDCongo avec les équipements GSM spécifiques en vue de désenclaver l’arrière-pays grâce à la téléphonie mobile, l’Internet, le mobile banking.

“Le projet avait été proposé à Vodacom-Congo qui l’a approuvé et procédé premièrement à la signature d’un accord de confidentialité, en suite au contrat de partenariat selon la formule Zéro CAPEX, Zéro OPEX, revenue share. Vodacom Congo va violer ce contrat intentionnellement en exécutant le projet de monsieur Gilbert Nkuli en parallèle avec la société Huawei”, a dénoncé Jean Claude Katende.

Cette situation a donné lieu à un conflit entre Vodacom Congo et monsieur Gilbert Nkuli, souligne la source. Elle indique qu’au cours d’une médiation d’arbitrage à Paris en 2015, Vodacom Congo a reconnu implicitement les faits en proposant une modique compensation que l’autre partie a refusé, exigeant une majoration.

En réaction, rappelle l’ASADHO, Vodacom Congo avait promis de revoir son offre. A en croire la source, une fois rentrée au pays, la société a décidé de plus rien payer, alors que ce projet contribue beaucoup dans le développement de ses services digitaux.

Saisie de cette affaire de violation des droits humains, l’ASADHO a entrepris des démarches auprès de Vodacom pour qu’une solution à l’amiable soit trouvée, mais celles-ci sont restées vaines. Malgré les prix prohibitifs des services qu’elle offre aux congolais, Vodacom Congo se permet de s’approprier le projet de Mr Gilbert Nkuli sans contrepartie, abusant ainsi de sa position dominante dans le pays“, a déclaré Jean Claude Katende.

Forte de ces constats, ASADHO demande au Premier ministre de prendre des mesures urgentes pour que certaines filiales des sociétés étrangères installées en RDC respectent leurs engagements et les droits fondamentaux des congolais. Elle appelle le gouvernement Congolais à accompagner Monsieur Gilbert Nkuki dans la revendication de ses droits face à Vodacom Congo.

Cette ONG de défense des droits de l’homme invite également les
responsables de Vodacom Congo a mettre fin à leur “politique d’appauvrissement des congolais” en respectant les droits fondamentaux reconnus par la Constitution et les autres instruments juridiques relatifs aux droits de l’homme tant au niveau national qu’international”.

Aux actionnaires congolais de Vodacom, ASADHO recommande d’éviter d’empêcher cette société de s’acquitter ses obligations contractuelles. Elle encourage les responsables de Vodacom à prendre contact avec Mr Gilbert Nkuli pour régler ce litige à l’amiable, ainsi lui permettre de jouir de son projet.

ML

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin