Pour comprendre le monde et s'épanouir

RDC – Contrat Chinois : Après le rapport de l’IGF, Christophe Mboso annonce un contrôle parlementaire durant la session de mars

Le contrat chinois qui fait perdre à la RDC des milliards de dollars américains fera l’objet d’un contrôle parlementaire au cours de la session du mois de mars en cours au sein de l’Assemblée nationale.

C’est le président de la chambre basse du Parlement, Christophe Mboso, qui l’a dit au cours de la plénière de ce mardi 21 mars 2023, consacrée à l’adoption des matières à examiner.

” Au cours de cette session, des contrats signés entre l’Etat congolais et certains partenaires feront l’objet de contrôle parlementaire, tel que le contrat chinois et tant d’autres. Dans les jours à venir, nous allons nous investir. Cette mauvaise gouvernance prive l’Etat congolais des recettes indispensables pour le développement du pays “, a-t-il déclaré.

Et au speaker de l’Assemblée nationale d’ajouter : “S’agissant de la loi des concessions minières, il faut que le Code minier soit strictement respecté par les entreprises du secteur. Tant que ce n’est pas respecté, tant que l’Etat congolais ne trouve pas ses droits, nous sommes dans l’obligation de revoir tous ces contrats qui apparaissent comme des contrats leonins “.

Rappelons que le Contrat chinois signé il y a 15 ans a fait l’objet d’un rapport de l’inspection Générale des Finances ( IGF) publié récemment qui accable sérieusement la partie Chinoise.

Selon l’IGF, sur les gisements évalués à 100 milliards USD que la RDC a mis à la disposition de la SICOMINES, jointe venture créee ( 32% pour la RDC et 68 % pour les entreprises chinoises), elle n’a gagné en retour que des infrastructures de moins de 400 millions USD.

Un manque à gagner considérable qui offusque tout congolais, surtout lorsqu’on sait que les entreprises chinoises ont à ce jour réalisé des gains estimés à plus de 10 milliards USD. Plus grave est que c’est la RDC qui est censée rembourser les 822 millions USD de la dette, selon les chiffres de la SICOMINES, que les entreprises chinoises auraient contracté auprès des banques.

A côté de l’IGF, plusieurs autres organisations de la société civile dont l’Observatoire de la Dépense Publique (ODEP) avaient appelé, à défaut de l’annulation, à la révision de ce Contrat afin de rétablir les équilibres entre les parties et mettre en place des mécanismes d’évaluation régulière.

Clarin Cabrel

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin