Pour comprendre le monde et s'épanouir

La dolarisation à 90 % de l’économie congolaise est une gangrène qui doit être soignée ( Stanislas Zeze)

La dolarisation à 90 % de l’économie congolaise constitue  une gangrène qui doit être finalement soignée. C’est ce qu’a affirmé Stanislas Zeze, président directeur général de l’agence de notation Bloomfield Investment, au cours de la cérémonie de présentation du rapport risque pays 2023, mercredi 27 juin 2023.

Pour lui, sur le plan monétaire, la Banque Centrale du Congo ( BCC) a  très peu de marge de manœuvre dans une économie dolarisée à 90 %.  Son rôle de juguler l’inflation est très restreint dans une configuration où 94% des transactions bancaires sont faites en dollars.

Stanislas Zeze a saisi cette occasion pour appeler les dirigeants politiques de la RDC à prendre des mesures fortes pour rééquilibrer l’économie congolaise en la dedolarisation effectivement.

” La dédolarisation est un processus qui prend du temps mais qui nécessite une volonté politique forte de mettre en place des actions fortes sur une période bien définie. La dolarisation a des conséquences sociales et fait partie des éléments qui accentuent la pauvreté, dans la mesure où la majorité des produits sont indexés  en dollars, pendant que les salaires sont payés en monnaie locale”, a-t-il déclaré.

Le PGD de Blomfield Investment a par ailleurs relevé le paradoxe qui existe la forte dolarisation de l’économie congolaise ( 90%) et la réserve de devise de la BCC qui est estimée à 2,6 mois d’importations.

” La réserve de devise de la BCC est estimée à 2,6 mois d’importations, ce qui est très bas. Dans un pays qui est dolarisé à 90 %, c’est très paradoxal. En réalité, la RDC est un pays où il y a énormément de devises. Au lieu de 2,6 mois d’importations, je suis certain que si on collecte toutes les devises qui sont dans ce pays et on les dépose à la BCC, la RDC sera à 50 mois d’importations et on aura aucun problème de transfert à l’extérieur”, a-t-il indiqué.

Stanislas Zeze s’inscrit par ailleurs en faux contre ceux qui pensent que lorsqu’on dédolarise effectivement l’économie congolaise, il y aura des difficultés pour des transactions internationales. Il estime que plus le pays a des devises en réserve, plus flexible est sa politique de transfert à l’extérieur.

” Il y a des gens qui pensent que quand ce pays sera dedolarisé, il y aura des difficultés pour des transactions internationales. Ce qui n’est pas vrai. Le dollar est une monnaie d’échange et de commerce international. La place des devises dans un pays où il y a une monnaie locale c’est la banque centrale. C’est elle qui détient la politique de transfert des devises. Plus vous avez des devises en réserve, plus flexible la politique de transfert sera”, a-t-il martelé.

Et à Stanislas Zeze de conclure : “Cela veut dire que la dolarisation pose un vrai problème d’équilibre économique. Il est extrêmement important que ce problème soit pris à bras le corps et que des décisions politiques fortes, qui peuvent être impopulaires, soient prises. Il est important que cette problématique soit résolue pour rééquilibrer l’économie et transformer ce potentiel en opportunités”.

Molimo

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin