Pour comprendre le monde et s'épanouir

Dossier vol de perruque par “Joyce “: Le Parquet général de Kinshasa/ Matete accusé de détenir illégalement deux enfants de la propriétaire du salon de coiffure

Le dossier de “Joyce”, une fille de 23 ans accusée de vol de perruque dans un salon de coiffure situé à la première rue Limete, à Kinshasa, a pris une tournure inquiétante au niveau de la Justice. Les avocats du salon de coiffure où l’acte de vol a été enregistré dénoncent une ” instrumentalisation de la justice”.

Dans une interview accordée à notre média, Me Riche Mbengi Mayele, membre de ce collectif, fustige la prise en otages et l’arrestation illégale de deux enfants de la propriétaire du salon qui est la première victime de l’acte principal à la base de cette affaire par le Parquet général près la Cour d’Appel de Kinshasa / Matete. Selon lui, non seulement qu’il n’existe aucun indice de culpabilité, mais aussi ces enfants arrêtés ne connaissent rien de de ces faits car ils n’étaient pas présents. La vidéo le témoigne. Aucune image de ces deux garçons n’est visible sur la vidéo qui circule sur la toile.

Après confrontation, aucun indice de culpabilité pour les faits infractions en cause n’a été établi dans leurs chefs et c’est simplement par analogie que l’OPJ instructeur les a inculpés. Malheureusement, ils sont maintenus en prison. Les conditions fixées à l’article 27 du Code de procédure pénale ne sont pas réunies pour justifier leur privation de liberté. Ces personnes arrêtées n’ont pas une identité douteuse. Leur adresse est bien connue. Ils ne peuvent donc pas se soustraire à la justice“, à déclaré cet avocat.

Plus grave encore, souligne Me Riche Mbengi, la propriétaire du salon de coiffure qui en fait est la première victime se dit scandalisée de constater qu’elle est transformée en accusée alors que c’est bien elle qui a déposé la plainte en premier contre la jeune fille Joyce pour vol.

Je me demande qui est bien derrière cette fille Joyce. Comment expliquer, qu’elle qui est accusée de vol, se trouve actuellement libre, en train de circuler et de faire des vidéos sur Tik Tok. En effet, qu’est ce qui s’est passé réellement ? Revenant sur les faits, Joyce est une fille qui avait l’habitude de fréquenter le salon de coiffure Nathy, surtout qu’elle n’habite pas loin. Connaissant bien le salon, elle savait comment y opérer des vols. Chaque fois, après son passage, il y a des articles qui disparaissaient. On lui faisait confiance comme une cliente. La dernière fois où elle est passée, elle était restée seule au salon, pendant que le gérant servait la boisson à la terrasse. À sa sortie, on a remarqué la perte d’une perruque Kabelo de 275 dollars. On l’a cherché dehors sans succès”, a-t-il indiqué.

Et à ce juriste de poursuivre : “Ce jour la, quand elle est revenue comme tout criminel qui revient au lieu du crime, elle a tenté encore de voler. En tentant de voler, cet acte a suscité la curiosité du gérant. Il a reconnu la fille. Aux questions posées, la fille a hesité avant de finir par accepter. Elle a dit que la perruque volée était chez sa cousine Kerene. Ce qui a attiré l’attention des curieux qui sont venus et se sont mis à filmer. Ce sont eux qui ont mis ces vidéos sur Internet. Pas les gens du salon. La foule voulait frapper Joyce. La propriétaire du salon leur a dit non. Si on la laisse partir comme ça, on risque de la lyncher. On l’a gardé le temps que la Police arrive pour sa protection”.

Toujours revenant sur la genèse de ces faits, Me Riche Mbengi souligne que son client dit avoir été désagréablement surpris de constater que la fille Joyce soit été libérée par l’OPJ Lutete Cheveux-Blancs du poste de Police où la plainte a été déposée le 1 août 2023 vers 2 h 45, à son insu. Ceci, au moment où la famille de la fille Joyce s’était déjà engagée par écrit à rembourser la somme équivalant à cette perruque volée.

Le collectif des avocats de la partie plaignante-Salon Nathy- rapporte qu’à ce stade la personne qui est accusée de vol, donc la fille Joyce, a profité de ses relations avec l’OPJ Kilumbi Mbombo pour organiser des représailles contre sa cliente. C’est donc ainsi que le dossier a atteri à la Police de la maison communale de Limete avant d’être transféré au Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa Matete où “les innocents sont arrêtés”.

C’est dire en somme pour ces avocats que le Parquet général de Kinshasa / Matete a cédé aux pressions et manipulations des réseaux sociaux au lieu de préserver son indépendance qui traduit l’objet de son essence.

Rappelons qu’une vidéo est devenue virale dépuis quelques jours sur les réseaux montrant une jeune fille accusée de vol d’une perruque en train de se justifier. Cette histoire partie des faits, a fait l’objet d’une récupération par des influenceurs sur les réseaux sociaux et d’autres friands du buzz.

Feza Kalubi

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin