Pour comprendre le monde et s'épanouir

RDC–Bombardements à Mugunga et Lac-Kivu : L’UE rassure de son appui aux autorités congolaises pour traduire en justice les auteurs

La délégation de l’Union européenne rassure de son appui aux autorités congolaises pour traduire en justice les auteurs des bombardements des sites de déplacés au Lac Vert et à Mugunga à 13 kilomètres de Goma, dans la province du Nord-Kivu, tel que renseigne un communiqué conjoint du 5 mai 2024, de cette délégation et les ambassades de ses États membres en République Démocratique du Congo.

En effet, la délégation de l’UE estime que ces actes constituent une violation flagrante des droits de l’homme et du droit international humanitaire, et pourraient constituer un crime de guerre.

“Nous montrons notre solidarité aux autorités congolaises pour traduire en justice les auteurs de cette agression armée qui représente une violation flagrante des droits de l’Homme et du droit international humanitaire et pourraient constituer un crime de guerre.”, renseigne le communiqué.

En outre, la délégation de l’Union européenne se solidarise du côté des victimes, et s’insurge contre l’activisme de l’agression dans la partie orientale de la RDC, attisée par le M23, et l’usage de l’artillerie près des camps des déplacés dans le Nord-Kivu, qui mettent en péril la vie de la population.

“La délégation de l’Union européenne et les ambassades de ses États membres condamnent fermement ces bombardements, ainsi que les récentes avancées sur terrain par le M23 et ses alliés. Nous exprimons notre solidarité aux victimes et à leurs familles et dénonçons l’escalade des violences aveugles contre les civils dans le Nord-Kivu. Nous condamnons également l’utilisation de plus en plus régulière de l’artillerie lourde à proximité des sites des déplacés, ce qui a des conséquences tragiques pour la population, prise au piège entre ces tirs croisés.”, indique-t-il.

Précisons que les bombardements survenus le 3 mai 2024 dans les camps des déplacés à Mugunga et Lac-Kivu, situés à 13 km de Goma, ont causé 14 décès et 35 blessés, suivant le bilan fait par le gouverneur militaire du Nord-Kivu.

Youss Shukrani

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin