Pour comprendre le monde et s'épanouir

Concours de plaidoirie de procès fictif devant la CPI : l’UNIKIN termine à la 2e place et rafle le prix de “meilleur orateur”

L’Université de Kinshasa ( UNIKIN) termine à la deuxième place de l’édition 2024 du concours de plaidoirie de procès fictif version française, organisé à la Cour pénale internationale (CPI), par l’Académie de droit international de La Haye.

Elle a courbé l’échine au dernier carré de ce concours, vendredi 24 mai 2024, dans la salle d’audience I de la CPI, devant l’Université Paris II Panthéon-Assas. Malgré cette défaite, la “colline inspirée” a raflé le prix de “Meilleur orateur”, décerné à l’étudiante Deborah Sabanga.

Le match portait sur une affaire fictive. Chacune des équipes a présenté des arguments dans les rôles des représentants légaux des victimes et de la défense.

Au terme des joutes oratoires, le dernier mot revenait au jury qui s’est prononcé en faveur des étudiants de l’Université Paris II Panthéon-Assas.

Ce jury était composé de la seconde vice-Présidente de la CPI, la juge Reine Alapini-Gansou ( présidente du jury) , de la juge de la CPI Luz del Carmen Ibáñez Carranza, et du juriste de la CPI Léo Jolivet.

Au total 42 universités venant de 17 pays ont pris part à ce concours. L’Université de Kinshasa et de l’Université Paris II Panthéon-Assas sont les universités qui ont atteint la phase finale du concours.

L’équipe de l’UNIKIN était constituée de quatre (4) étudiants de la faculté de Droit, à savoir Maxime Kitengie, Deborah Sabanga, Schekinha Mujinga et Christopher Mpiana.

Ils ont été coachés par deux instructeurs du département de Droit international public et relations internationales, de la faculté de Droit de l’UNIKIN, à savoir Japhet Tekila et Bruno Kalala.

Quant à la team lauréate de l’Université Paris II Panthéon-Assas, elle a été composée de Jérémie Boisfer, Adèle Siry, Cyrielle Danzin et Joy Rodrigues Dos Santos.

Rappelons que la première édition du concours de plaidoiries de procès-simulé a eu lieu en 2022. Initié par l’Académie de droit international de La Haye, ce concours vise à stimuler l’étude du droit international pénal, à participer à la formation des jeunes juristes et à contribuer à renforcer les compétences et connaissances en droit international pénal.

Youss Shukrani

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin