Pour comprendre le monde et s'épanouir

Remise en question des frontières héritées de la colonisation par Paul Kagame : La RDC se prépare à  saisir la justice internationale ( Christophe Lutundula)

Au cours d’une conférence de presse tenue samedi 13 mai 2023 Kinshasa, le vice-premier ministre, ministre congolais des Affaires étrangères, Christophe Lutundula Apala, est revenu sur les propos du président Rwandais Paul Kagame, selon lesquels son pays réclame ses terres données à la RDC par la Belgique.

Pour le patron de la diplomatie congolaise, ces déclarations viennent étaler à la face du monde la posture belliqueuse du Rwanda et son intention délibérée à remettre en cause les frontières héritées de la colonisation, au grand mépris des conventions internationales en la matière.

A l’en croire, sur instruction du président Félix Tshisekedi, la RDC est en train de boucler son dossier afin d’ouvrir une action au niveau des juridictions et institutions internationales autour de ce sujet.

” Les réactions côté congolais ont été faites par écrit. Mais je vous informe déjà que nous avons une série d’initiatives à prendre sur le plan de la justice internationale. C’est en voie d’être ouverte.  Nous avons fait un document avec Patrick Muyaya où nous avons dénoncé la matérialisation des faits d’agression, de crime contre l’humanité, de crime de guerre. Je suis en train de travailler sur ce dossier avec mes autres collègues ministres…”, a-t-il déclaré.

Christophe Lutundula a par ailleurs au cours de cette conférence de presse fustigé le manque de résultats sur terrain de la part de la force régionale de l’EAC qui, soutient-il, est financé à 70 % par la RDC. Il a regretté le fait que sur terrain les éléments de cette force se sont écartés de leur mission répressive, en coalisant et fraternisant avec les terroristes de M23. 

A entendre Christophe Lutundula, tout porte à croire que la RDC va décider du retrait de la force de l’EAC lors de l’évaluation prévue au mois de juin prochain. Il a saisi cette occasion pour rassurer l’opinion quant à l’effectivité du mandat offensif de la force de la SADC dont le déploiement pourra intervenir avant la fin du mois de juin 2023.

“Nous ne sommes pas des vas-en-guerre. Ce que nous cherchons est que tous les voisins respectent les principes fondamentaux qui président aux relations internationales, notamment le respect de l’intégrité territoriale, de la souveraineté et de l’indépendance de notre pays. Nous ne voulons pas ignorer l’existence des voisins. Ce que nous  demandons aujourd’hui est que ce qui a été convenu soit exécuté. On a pas sous-traité la défense de notre pays. Aujourd’hui, même les nations les plus fortes fonctionnent dans les systèmes de défense collectifs”, a conclu Christophe Lutundula.

Molimo

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin